Comment une docteure en psychologie s’est-elle retrouvée à travailler dans l’industrie des jeux vidéo ?

J’ai fait un doctorat en psychologie, spécialisé dans le développement cognitif. Une fois diplômée, j’ai voulu voir si je pouvais appliquer mes connaissances pour faire en sorte que les jeux dit éducatifs le soient vraiment et j’ai trouvé un job dans une entreprise de jeux éducatifs. Je voulais savoir comment ils étaient fabriqués, si des travaux de recherche étaient produits… et non, pas à l’époque en tout cas ! Ce fut une grande déception.

Après cette première expérience, j’ai commencé à regarder les jeux vidéo d’un point de vue académique et j’écrivais des articles sur le sujet pour décoder cet univers. J’ai alors rencontré des gens d’Ubisoft lors d’une conférence et je suis entrée dans l’entreprise en 2008. Mes travaux sur la manière dont l’être humain acquiert la connaissance les intéressaient. Nous n’étions pas nombreux à l’époque à travailler sur ces sujets. J’étais dans un think tank qui dépendait du P.D.G. J’ai aidé les équipes de développement à comprendre comment le cerveau apprend, pour qu’elles créent des jeux et des tutoriels efficaces. Notre objectif : que les joueurs apprennent à jouer et puissent avoir du fun sans se remémorer ce qu’ils doivent faire. C’est ça qui m’a conduit à la fois à faire de l’UX [l’expé- rience utilisateur, N.D.L.R.] et vers Ubisoft Montréal.

Sylvie Lecherbonnier
Sylvie Lecherbonnier
Rédactrice en chef de Chut!