« Longue vie et prospérité », les critères à ne pas manquer

Vivre dans une ville respectueuse de l’environnement, mais avec un taux de chômage et de criminalité élevé n’est pas très épanouissant, ce n’est pas vraiment l’idéal. On attend aussi d’une ville qu’elle attire les talents, qu’elle soit attractive et économiquement solide avec une certaine justice sociale. Jongler entre écologie et développement des transports urbains est encore une autre difficulté. Dans ce contexte, l’objectif de l’IESE Business School est de se placer comme expert d’analyse comparative afin que les villes, les entreprises et autres acteurs sociaux puissent réaliser des diagnostics complets et des analyses de leurs politiques urbaines grâce à un index « garanti objectif, complet et guidé par des critères de pertinence ». Ce classement a l’avantage d’évaluer la capacité des villes à faire la balance entre des problématiques urbaines riches et complexes comme :

  • Le capital humain, ou tout ce qui concerne l’éducation, avec notamment les musées, les universités, les théâtres.
  • La cohésion sociale, à savoir la santé, le taux de criminalité ou encore le taux de chômage.
  • L’économie, qui concerne aussi la productivité ou le temps nécessaire pour démarrer une entreprise.
  • La gouvernance, avec le nombre de banques, d’ambassades, tout comme la démocratie en place.
  • L’environnement, en fonction de la pollution ou de la gestion des déchets.
  • La mobilité, avec une analyse du trafic et du nombre de lignes de métro.
  • L’organisation urbaine, ce qui concerne par exemple l’accès à l’assainissement, tout comme la hauteur des gratte-ciel.
  • La technologie, pour tout ce qui est de l’ordre des accès internet, du nombre de téléphones portables par habitant, et… du nombre d’Apple Store présent dans les villes.
  • L’accès à l’international, qui passe par le nombre d’aéroports, le nombre d’hôtels par habitant, et… plus surprenant, le nombre de MacDonalds existant par ville !

Il existe bien d’autres classements smart city, comme celui de la start up EasyPark Group, spécialiste du parking en ville, qui analyse les villes les mieux préparées à l’avenir en termes de technologie. Cette dernière nous explique qu’ils ont « découvert qu’une telle ville devrait avant tout être digitalisée — avec la 4G, de nombreux points Wi-Fi et une utilisation importante du smartphone » et que « les transports et la mobilité devraient être basés sur la connaissance, avec un stationnement intelligent, des capteurs de trafic et des applis de covoiturage ». Mais mettre seulement l’accent sur la logistique urbanistique est-il suffisant pour être une smart city durable ?

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Liberté

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !