Jusqu’ici, Twitter modérait assez peu les tweets de Donald Trump. Mais ce traitement de faveur a cessé depuis la fermeture de son compte suite à l’assaut du Capitol. S’il venait à rouvrir le compte de l’ancien président, le réseau social, qui revendique ouvertement une politique de modération moins stricte pour les dirigeants politiques que pour les magnats de l’immobilier, pourrait sévir à nouveau. En perdant son statut, Donald Trump sera donc soumis à une surveillance plus stricte de ses propos.

Peut-être suivra-t-il alors les pas de Laura Elizabeth Loomer ? En 2018, cette figure de l’alt-right américaine a carrément été bannie de Twitter. Face à cette future modération voire à un ban éventuel, le miliardaire américain pourrait être tenté d’aller voir ailleurs. S’il choisit de faire des infidélités à Twitter, il y a fort à parier qu’il suive les pas de Laura Elizabeth Loomer et qu’il se rabatte sur le réseau social préféré des conservateurs américains : Parler. Si pour le moment le site est indisponible après que Amazon Web Service – une des principales sociétés d’hébergement de sites et d’applications dans le monde – a coupé ses serveurs, la plateforme pourrait bien faire son retour prochainement. Plus d’une semaine après la disparition de Parler, sa page d’accueil affiche déjà un message ironique de son créateur : « Salut tout le monde, est-ce que cela fonctionne ? »

Vincent Bresson
Vincent Bresson
Journaliste
Boomer en devenir, Vincent est un journaliste indépendant traînant sa plume auprès de différentes rédactions. Passionné par les communautés marginales et les mèmes bien sentis, il aime particulièrement écrire sur les usages des nouvelles technologies.