Une fois de plus, le CES nous a réservé toutes sortes de surprises dans des domaines variés. Certains se sont distingués par leur utilité discutable, à l’image du robot apporteur de papier toilette. D’autres ont été présentés bien trop tôt comme les êtres virtuels photoréalistes Neon de Samsung. Quoi qu’il en soit le coup de pub est réussi ! Heureusement, quelques perles se sont frayé un chemin dans cet imbroglio de tendances et de technologies. De l’automobile à la maison connectée, en passant par l’informatique, la santé et l’écologie, le CES nous offre de belles trouvailles. Et dans tout ça, le French Tech pointe le bout de son nez avec des projets de qualité qui risquent de voir le jour plus rapidement que l’on imagine.

De la route au ciel, le transport fait sa révolution

Dans le secteur automobile, le CES nous réserve toujours des surprises. Cette année, Sony a mis en avant un concept-car électrique avec pas moins de 33 capteurs, d’une myriade d’écrans et de technologies en tout genre. Nommée Vision-S, la voiture n’a pas manqué d’attirer les regards et bénéficie de tout le savoir-faire en matière de connectivité de l’entreprise japonaise.

Toujours sur la route, BMW a présenté une vitre – écran en remplacement du pare-brise traditionnel au sein des futurs véhicules autonomes. Il peut ainsi faire apparaître toutes sortes d’informations utiles ou projeter un film pour un confort maximum. L’innovation se démarque avec un assistant personnel intelligent capable d’interagir selon le touché, la parole et les mouvements des utilisateurs. Doté d’un système de suivi du regard et d’une commande vocale, il est ainsi possible d’obtenir rapidement des détails sur un restaurant ou un commerce en temps réel.

Lire aussi : Mobilité : l’innovation dans les transports, écolo d’abord

Avec Hyundai, le ciel nous ouvre ses portes au CES 2020 de Las Vegas. Annoncé déjà fin septembre, le projet de taxi volant du constructeur automobile prend vie au travers d’une maquette. Mené en partenariat avec l’entreprise de VTC Uber, il pourrait voir le jour d’ici 2023. Le S-A1est un aéronef électrique à décollage et atterrissage vertical. Pouvant accueillir jusqu’à quatre passagers et un conducteur, le véhicule sera silencieux et axé sur le confort. Un système de parachute sera notamment mis en place pour pallier à tout problème.

La maison du futur sera indéniablement connectée

Les divers constructeurs d’électroménager et de produits domestiques n’en finissent plus d’innover pour conquérir un marché grandissant. Il faut dire que dans les 5 prochaines années, le cabinet Research & Markets estime une hausse de 16,5 % par an. Avec un chiffre d’affaires qui devrait atteindre les 130 milliards d’euros, le secteur de la maison connectée nous promet encore de nombreuses innovations à venir. Le CES 2020 nous a déjà régalé d’une multitude de dispositifs connectés, de miroirs vous épaulant dans le choix du maquillage ou de vos tenues, de système sécurisé et réfrigéré pour la livraison de courses et bien d’autres.

Pour Samsung, cela passe par un petit robot sphérique faisant le lien entre vous, votre maison et les différents appareils. Il peut ainsi lancer la préparation du café suite à votre réveil, mettre l’aspirateur autonome en marche quand quelque chose est renversé… De son côté, Google a souhaité démontré les bienfaits de son offre domotique Nest couplée avec son assistant vocal au travers d’une maison tout équipée située juste en face de l’entrée du CES.

Lire aussi : Hut : un petit toit pour l’homme, un grand pas vers la maison intelligente

La reconnaissance vocale crée une véritable rupture d’interface au sein de la maison. La voix va bientôt remplacer le smartphone pour contrôler les objets connectés. En la matière le groupe industriel français Legrand fait office de précurseur. L’année dernière, il avait déjà exposé sa prise électrique avec une interface Alexa intégrée. En 2020, il présente au CES sa nouvelle gamme de dispositifs pour profiter d’un tableau électrique et d’une serrure connectée. Après le rachat de la pépite Netatmo, Legrand met sur le devant de la scène le concept Drivia with Netatmo. Un ensemble de six modules permettant de contrôler le tableau électrique à distance, mais sans la voix pour le moment. En attendant, le département Eliot de Legrand combinant électricité et Iot continue de progresser avec un chiffre d’affaires de 635 millions d’euros en 2018.

Santé, informatique, divertissement : les perles du CES 2020

Sur le plan de la santé, les capteurs sont à la fête. La montre ScanWatch de Withings associe un électrocardiogramme, un altimètre, des électrodes, ainsi que des systèmes pour mesurer l’oxygénation du sang et analyser le sommeil. Le bracelet GoBe3 vous aide à mieux suivre l’apport calorique et détecte le niveau de stress. Mais ils ne sont pas les seuls et divers produits permettent de surveiller la pression artérielle, la glycémie… Du côté de l’alimentation, Impossible Foods surprend une nouvelle fois avec une viande de porc végétale. Elle a annoncé présenter prochainement des saucisses et du bacon réalisés à partir de plantes. Devant les 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre issus du bétail, l’innovation de viande végétale pourrait à terme favoriser l’environnement et apporter une nourriture durable.

Lire aussi : L’avènement des implants neuronaux : demain tous cyborg ?

Évidemment la high tech était au rendez-vous avec son lot d’écrans et smartphone nouvelle génération. On retiendra le premier ordinateur portable bénéficiant d’un écran Oled pliable de Lenovo. Il s’agit en fait d’une tablette de 13 pouces pouvant se plier pour prendre moins de place et offrant une définition de 2.048 x 1.536 pixels. Décidément très présent, Samsung se démarque une nouvelle fois avec un clavier invisible et non virtuel. Baptisé SelfieType, il simplifie l’écriture, notamment sur smartphone, en utilisant la caméra frontale de l’appareil pour ensuite retranscrire le mouvement des doigts sur le clavier à l’écran.

Un peu de divertissement n’est pas de refus avec le vélo à assistance électrique Manta5 Hydrofoiler XE-1. La particularité de ce dernier est de se déplacer sur l’eau. Fruit de 8 années de développement, il se compose d’un carénage profilé, d’un pédalier, mais surtout d’ailettes profilées en fibre de carbone pour flotter sur l’eau. Il est complété par un moteur électrique de 460 W pour faire tourner une hélice. De quoi profiter de nouvelles sensations pour les amateurs de sports nautiques.

Et la French Tech dans tout ça ?

Avec environ 300 entreprises françaises présentes au CES 2020 dont 160 sur le pavillon français, la French Tech était bien représentée. Or, il n’y a pas que Legrand qui s’est distingué. L’Oréal a dévoilé Perso, un objet connecté capable de produire à la demande divers produits de beauté sur mesure. Boosté à l’intelligence artificielle et couplé avec une application, il emmagasine les données pour produire les produits les plus adaptés et de la couleur désirée.

La société FasTeesH est venue pour mettre en avant la Y-Brush, une brosse à dents effectuant un brossage en 10 secondes chrono. Réalisée en collaboration avec des dentistes, elle contribue à gagner du temps tout en améliorant la santé bucco-dentaire.

Lire aussi : La Deep Tech à l’assaut du monde de demain et de l’espace

Pour une plus grande sécurité à vélo, Cosmo Connected propose des lunettes affichant des informations essentielles sans gêner la conduite. En plus de la vitesse, la distance et le trajet à suivre, elles préviennent d’un éventuel danger sur la route. Parmi les nombreuses innovations françaises, on citera également une des rares solutions éco responsables avec la startup Agrove. Elle a développé un potager connecté muni de nombreux capteurs pour détecter les spécificités de l’environnement et du climat. Une application propose alors des plantes appropriées et offre de nombreux conseils pour favoriser une bonne culture.

Une chose est sûre, au CES il y en a toujours pour tous les goûts. Si de nombreux produits ne verront jamais le jour sur le plan commercial, d’autres ouvrent la voie vers le progrès. On pourrait juste regretter un manque d’innovations orientées vers l’écologie et le futur de la planète…

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.