L’affective computing, kézako ?

Tout d’abord, pas d’affective computing, sans intelligence émotionnelle ! L’intelligence émotionnelle, c’est la capacité à lire et analyser les émotions d’un individu et à savoir y répondre de façon pertinente. Si notre société peine à valoriser voire reconnaître cette forme d’intelligence, il n’en est pas moins que c’en est une. Car après tout, qu’est-ce que l’intelligence sinon une « fonction mentale d’organisation du réel en pensées. » Il est donc tout à fait légitime de penser que les échanges sociaux suivent un fonctionnement codifié qui nécessite non seulement une bonne lecture, mais un bon usage des émotions.

Cependant notre société tend à valoriser l’intelligence logique, celle du raisonnement, de l’argumentation, des mathématiques et des sciences, celle qui est utilisée pour l’intelligence artificielle – on peut néanmoins donner une mention spéciale à la promotion récente des « soft skills » en entreprise qui revalorise cette intelligence émotionnelle et sociale.

Lire aussi : Le neuromarketing aura-t-il raison de nos émotions ?

 

Gwendoline WEBER
Gwendoline WEBER
Ménestrelle numérique
Oscillant entre galéjades giffesques, modération bienveillante, veille im-pertinente, haikus récréatifs et designs amuse-oeil. VENI VIDI SHARED