Que ce soit en famille, entre copains ou au travail, vous avez forcément utilisé Zoom depuis le début du confinement ! Cette appli de visioconférences gratuite jusqu’à 100 participants est devenue une star du web, avec 300 millions de participants par jour (contre 10 millions en décembre 2019). Les entreprises ont été les premières à s’en saisir, ravies d’avoir un outil simple à utiliser, que ce soit pour les réunions hebdomadaires, les petits briefs du matin, ou les cafés et apéro virtuels entre collègues. Sauf que, et la plupart des utilisateurs ne le savaient pas, jusqu’au 2 avril, Zoom proposait une fonctionnalité un peu particulière à l’administrateur de la visioconférence : le » Attendee attention tracking ». Très concrètement, votre boss, organisateur de la réunion, pouvait être informé si l’un des participants clique sur une autre fenêtre pendant plus de 30 secondes. Que ce soit pour scroller sur Insta, ou pour prendre des notes, peu importe. Le logiciel pointait du doigt toute incartade.

Cette fonction n’existe plus, mais se révèle assez révélatrice du mésusage possible des outils numériques que nous utilisons au quotidien au travail.

Laura Makary
Laura Makary
Journaliste