La fabrique et la gestion des villes sont aujourd’hui confrontées, comme de nombreuses autres activités, au défi de transformation pour exister dans un monde toujours plus connecté et imprévisible. Dans ce contexte, le modèle de « smart city » est né, avec comme promesse d’aider les villes à répondre au paradoxe de l’ère du numérique : concevoir des villes qui fonctionnent parfaitement, mais également prêtes aux changements et à l’inconcevable.

L’avenir de nos villes se cacherait alors derrière le mot « smart »  : de l’anglais ingénieux, créatif, intelligent. Jamais ce terme n’aura été aussi abusivement utilisé au cours de ces vingt dernières années pour décrire la nécessité de rendre nos villes intelligentes ou de mettre l’intelligence à leur service.

À ses origines, la « smart city » faisait avant tout référence à ce qui se calcule, se connecte et se pilote à distance par l’intermédiaire d’un terminal informatique. IBM, Cisco ou encore Microsoft ont véhiculé une approche techno-centrée de la ville, supervisée et truffée de technologies à l’image des centres de pilotage. Le constat est sans appel : assez peu de villes sur ce modèle ont vu le jour, et la plupart de celles qui ont abouti telles que Songdo ou Masdar sont des vitrines technologiques où les quelques véhicules connectés roulent à vide. L’illusion du tout-connecté a occulté ce qui caractérise nos villes : leurs habitants.

L’échec de la « smart city » n’a pourtant pas empêché le numérique de s’emparer des villes.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !