Faire du bruit pour elles !

L’objectif des Digital Ladies & Allies et de Simplon au travers de l’évènement Scale Women in It Pledge qui s’est tenu le 12 décembre dernier, est d’amener les entreprises à embaucher plus de femmes dans la Tech, en commençant par un premier palier de 1 000 femmes recrutées dans les mois à venir. Ce duo de choc est déjà en lien avec 30 entreprises signataires de cet engagement et compte bien parvenir aux 100 entreprises très prochainement. Face aux 800 000 emplois générés par le secteur (Source :

Lire aussi : Dans la série des clichés du numérique… Le digital, c’est un truc de mecs*

Depuis plus d’un an, le do tank Digital Ladies & Allies s’investit afin que les femmes prennent leur place dans la construction de la société en cours, une construction qui passe par la Tech. Parmi ses autres actions remarquables, on se souvient notamment du livre blanc Mixité et performance numérique remis à Mounir Mahjoubi, alors secrétaire d’Etat au numérique, en mars 2019, présentant des solutions concrètes pour faire en sorte que les femmes prennent cette place d’importance dans les métiers de la Tech.

Les femmes doivent avoir accès aux mêmes opportunités dans un secteur porteur qui transforme tous les pans de notre société.

Samia Ghozlane, directrice de La Grande Ecole du Numérique

Aujourd’hui, toujours dans cette optique de passer à l’action, elles se sont donc alliées à un acteur du secteur de la formation au numérique, Simplon. Cette fabrique labellisée Grandes Ecoles du numérique œuvrent depuis déjà 2013 en formant les demandeurs d’emploi et utilisent les métiers de la Tech comme outil d’insertion et de reconversion. Autant dire que la Tech n’est pas seulement un secteur qui façonne l’avenir au travers de nouveaux usages, c’est aussi un secteur à même de redistribuer les lignes sociales. Et c’est aussi de cela qu’il s’agit. Faire en sorte que les femmes intègrent un secteur de pouvoir, un secteur fort économiquement, et qu’elles participent elles aussi à cette nouvelle économie. Comme le souligne Samia Ghozlane, directrice de La Grande Ecole du Numérique, « les femmes doivent avoir accès aux mêmes opportunités dans un secteur porteur qui transforme tous les pans de notre société ».

Les entreprises au rendez-vous

La mixité est certes un enjeu social. C’est aussi un enjeu de performance et de créativité pour les entreprises. Elles s’en rendent comptent et en témoignent, les équipes mixtes fonctionnent mieux, sont plus innovantes, et n’oublient pas d’intégrer les femmes dans leur façon de penser la société et le produit. Le cabinet McKinsey en a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs de ses études Women Matter, induisant une corrélation entre mixité et performance. Vincent Goulart de la société Claranet, acteur des services Cloud en Europe, est venu en témoigner lors de l’évènement #SwiitPledge. Il était alors accompagné de deux collaboratrices de l’équipe IT en alternance, des femmes qui ont suivi une formation au sein de l’école de Microsoft Data IA en partenariat avec Simplon.

Lire aussi : Eric Jallas : “Les femmes apportent des qualités qui ne sont pas présentes aujourd’hui dans le numérique.”

Les deux alternantes, Eva Sananes et Inès Boujah, sont la figure même de ces femmes qui ont tout à gagner à se reconvertir dans la Tech. Quand l’une est issue d’une filière littéraire l’ayant mené ensuite aux études d’avocat, l’autre a travaillé dans la restauration après son Bac. Leur point commun, leur goût prononcé pour l’utilisation d’Excel, mais surtout leur envie de se reconvertir dans un métier d’avenir qui leur permette de se réaliser.

Du concret dans les entreprises et un rôle d’exemple essentiel

Pour que cet exemple ne soit pas le seul exemple sur le devant de la scène dans les semaines et mois à venir, Frédéric Bardeau, cofondateur de Simplon et Merete Buljo, présidente des Digital Ladies & Allies, sont donc rentrés en contact avec les entreprises basées en France, à même de s’engager à plus de femmes dans la Tech dans les mois à venir afin de franchir leur premier palier de 1000 femmes recrutées. Parmi ces sociétés participantes, citons BNP Paribas, mais aussi la CNP, leboncoin, Capgemini, PWC, Microsoft, Century 21, Allianz, Avanade, GRT Gaz, ING, Publicis, Devoteam, CNP Technologie, etc.

Les grands groupes sont les premiers qui peuvent donner l’exemple et cela fait ensuite boule de neige.

Chiara Corazza, directrice générale du Women’s Forum

Comme le souligne Chiara Corazza, directrice générale du Women’s Forum et ambassadrice du mouvement aux côtés d’Aurélie Jean, docteure en sciences et de Guy Mamou Mani, à l’origine du mouvement #JamaisSansElles, « les grands groupes sont les premiers qui peuvent donner l’exemple et cela fait ensuite boule de neige ». Il s’agit donc bien d’une responsabilité sociétale à porter par ces entreprises et qui participent à cette transformation nécessaire de notre société, vers une indispensable mixité.

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Conteuse numérique
Cofondatrice du média Chut !, je suis une mordue de l'organisation, une adepte de la communication et un jukebox à mes heures perdues. Amoureuse des arts visuels, je demeure à tout instant passionnée des petits mots comme des grands.