C’est de plus en plus fréquent. Le docteur Éric Gouzi est médecin du travail à Saint-Étienne (Loire). L’avènement du télétravail massif depuis deux ans commence à l’inquiéter, quant aux effets sur les corps de ses patient·es. À distance depuis de long mois, cantonné·es à travailler à la maison, de nombreu·ses salarié·es se retrouvent victimes collatérales de la crise sanitaire. « J’observe par exemple beaucoup de pathologies d’épaule. Les gens travaillent dans leur salle à manger, avec une chaise trop basse par rapport à la table. Leurs épaules se retrouvent en élévation, ce qui provoque des tendinites, en particulier à droite, où se trouve la souris. Les problèmes lombaires sont aussi nombreux : il n’est pas confortable de travailler dix heures par jour dans un fauteuil de salon. On voit aussi des tendinites de coude, de poignet, des syndromes de canal carpien… », énumère le médecin. Les yeux, quant à eux, sont secs et irrités, à force de fixer les écrans. Un défilé de petits pépins qui commence à alarmer les professionnel·les de santé.

Laura Makary
Laura Makary
Journaliste