La chronique à écouter !

Des formations gratuites

Proposer une formation Internet à ses citoyens et citoyennes, c’est ce que font de plus en plus de villes en France, à l’image de Morlaix, ville du Finistère en Bretagne, qui propose  à toute personne de plus de 17 ans de bénéficier gratuitement d’un accompagnement au numérique. La Ville en faisait la chronique dans un articles de Ouest France la semaine dernière.

A l’heure, où même les services publics sont de plus en plus dématérialisés, former aux outils du numérique, devient un essentiel du quotidien. D’autant qu’en France, selon les chiffres disponibles sur societenumerique.gouv, 13 millions d’adultes sont en difficulté avec le numérique. 

Il faut dire que celui-ci est omniprésent dans nos vies. Depuis la prise de rendez-vous pour obtenir une troisième ou quatrième dose de vaccin contre la Covid jusqu’à l’inscription des élèves dans l’enseignement supérieur, en passant par l’ouverture d’un compte personnel de formation pour les salariés désireux de suivre une formation qualifiante ou certifiante, la population est, à tout âge, amenée à effectuer des démarches en ligne. Un raz-de-marée digital sur lequel compte d’ailleurs le gouvernement pour moderniser les administrations et désenclaver les territoires.

Qui est concerné ?

Une simplification loin d’être évidente pour tout le monde. « Aujourd’hui, 6.5 millions de personnes n’ont pas d’usages du numérique, dont la moitié par renoncement, et 6.5 millions ne sont pas connectés ou n’ont pas d’équipement pour le faire » nous rappelait Nicolas TURCAT, chef de service « Education, inclusion numériques et services au public » à la Banque des Territoires.

On s’en doute, ceux qui n’ont pas grandi avec internet et un PC dans leur chambre se tiennent plus facilement à l’écart des ordinateurs. Gare, toutefois, aux conclusions trop hâtives ! La jeune génération a grandi entourée de tablettes, smartphones et ordinateurs mais les connaissances requises pour bien en utiliser certaines fonctionnalités basiques, notamment dans le monde du travail, ne sont pas innées : rédiger son CV, une lettre de motivation, utiliser des outils bureautiques en contexte professionnel, etc.

Autre écueil, selon la sociologue Dominique Pasquier, les classes populaires sont plus éloignées des usages complexes d’internet car leur rapport à l’écrit est plus difficile. « Internet est un média d’écrit, conçu par des diplômés, pour des diplômés », affirme-t-elle dans une interview à propos de son livre L’internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale (paru en 2018).

Solutions et pansement

Pour accompagner les citoyens et citoyennes dans la digitalisation des services publics, la Banque des Territoires a déployé, en partenariat avec l’Agence nationale de cohésion des territoires, 2000 maisons France Services et formé 6000 agents chargés d’accueillir et d’accompagner le million de Français et Françaises qui, chaque année, bénéficient gratuitement de ce dispositif. Une centaine d’« étapes numériques », ont par ailleurs été mises en place avec le groupe La Poste pour enrichir les maisons France Services d’espace de formation au numérique. D’autres expérimentations ont lieu, telle que l’installation de bornes de télémédecine pour compenser l’absence de médecins dans les déserts médicaux.

A travers ces dispositifs, la Banque des Territoires, sous l’égide de la Caisse des dépôts, espère donner le déclic du numérique à tous les citoyens et citoyennes. Si ces pansements ont le mérite de venir en aide à quelques millions de Françaises et de Français perdus dans la jungle administrative, il n’en reste pas moins que la route est encore longue pour résorber cette fracture numérique et répondre aux enjeux de demain dans le secteur. A quand des cours de Culture Numérique dans toutes les classes de France et de Navarre ? Avec Chut! Magazine, on vous propose de bientôt relever le défi !

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Directrice de publication
Cofondatrice du média Chut!