« Nous avons tendance à nous méfier de l’idée d’habituer les lecteurs à trouver notre journalisme ailleurs. » Dès 2019, Mark Thompson, le directeur général du New York Times, fait part de sa défiance des kiosques numériques dans une interview accordée à l’agence de presse américaine Reuters. Un an plus tard, son journal se retire d’Apple News, l’agrégateur de d’articles de la marque à la pomme.

Dans un article, le vénérable journal quotidien new-yorkais explique que ce divorce à l’amiable s’est en partie basé sur la politique commerciale agressive d’Apple, qui prend 30% sur tous les abonnements souscrits via son service. L’an dernier, la firme californienne est venue ajouter une offre Premium à son kiosque : Apple News +. Là aussi, elle se taille la part du lion. Apple capte la moitié de ces revenus et les médias l’autre moitié. Face à ces pratiques, le retrait du New York Times pose question : les kiosques numériques ne sont-ils pas une fausse bonne idée pour une presse inlassablement en crise ?

Vincent Bresson
Vincent Bresson
Journaliste
Boomer en devenir, Vincent est un journaliste indépendant traînant sa plume auprès de différentes rédactions. Passionné par les communautés marginales et les mèmes bien sentis, il aime particulièrement écrire sur les usages des nouvelles technologies.