L’affaire avait fait l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux. Retour à l’été 2021 : les J.O. d’été de Tokyo battent leur plein au Japon, les deux Corée rétablissent leurs relations. Mais c’est l’annonce d’une amende pour la reine française d’Instagram, Nabilla, qui provoque un tsunami dans l’actu. Rendue célèbre grâce à ses réflexions sur le shampooing, la starlette est devenue une véritable femme d’affaires. Aujourd’hui suivie par huit millions d’abonné·es sur Instagram, elle est rémunérée grâce à ses placements de produits. Selon un reportage de RMC Story, elle facturerait 6 000 euros pour une publication sponsorisée sur ses réseaux. Et justement, le placement de produit est la raison pour laquelle Nabilla a été épinglée par la très sérieuse Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, alias la DGCCRF.

Ce qui lui est reproché : en janvier 2018, Nabilla Benattia-Vergara a fait « la promotion de services de formation au trading proposés par un site internet spécialisé dans la vente et l’achat de bitcoins », détaille la Direction. Or, « l’influenceuse a omis de mentionner qu’elle était rémunérée par les sociétés exploitant ce site pour en faire la promotion », ce qui « constitue une pratique commerciale trompeuse à l’encontre de ses abonnés, qui peuvent croire à tort que la promotion de l’influenceuse résulte d’une expérience personnelle positive désintéressée ». Verdict : une amende de 20 000 euros. La DGCCRF précisait alors que « d’autres enquêtes [étaient] en cours ».

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Liberté

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !