Pilulier connecté pour vérifier que tous les médicaments sont pris aux bonnes heures, bracelet ou canne avec un bouton S.O.S., ceinture airbag qui se gonfle lorsqu’elle détecte une chute… « Le marché des objets connectés à destination des seniors est en plein essor, avec notamment la problématique de sécuriser les personnes à leur domicile », constate Jérôme Pigniez, président et fondateur du portail SilverEco.fr. « Une des règles du bien-vieillir, c’est la prévention. Plus on s’y prend tôt, plus on arrive à contrer la perte d’autonomie. Cependant, c’est encore difficile de convaincre les seniors d’utiliser ce type d’objets, la majorité d’entre eux les juge trop stigmatisants. En France, nous avons une culture latine, c’est difficile d’admettre son propre vieillissement », ajoute-t-il.

Frédéric Serrière, spécialiste en silver économie, va dans son sens : « Pour briser ce déni culturel il faut souvent une prise de conscience de son état de santé, après un accident par exemple. Les produits liés à la fragilité des seniors se vendent plutôt lorsque la nécessité ne peut plus être niée. » La mère d’Anne, âgée de 87 ans, vient ainsi d’être hospitalisée à la suite d’une chute. « Elle avait déjà une alarme au poignet, mais je vais compléter le dispositif avec des caméras, car elle n’a pas le réflexe d’appuyer. Du moment qu’elle peut continuer à vivre chez elle, elle accepte tout », confie sa fille. Ces outils rassurent les proches et permettent de rester plus longtemps à domicile. « Je pourrai jeter un œil sur la caméra depuis mon téléphone », précise Anne.

La rédaction de Chut !
Chut ! est un magazine de société qui prend le temps d’observer l’impact du numérique sur nos vies.