Quel est le rôle d’une école comme CentraleSupélec face aux enjeux écologiques et éthiques de notre société ?

Qu’ils soient écologiques ou humains, les défis du XIXe siècle sont d’une complexité et d’une ampleur inédites. Alors que notre monde n’a jamais été aussi riche ni autant productif, la destruction de la biodiversité et le dérèglement climatique nous font prendre conscience de l’épuisement progressif de nos ressources. Les conséquences pour l’être humain et notre société sont majeures quand celles pour notre Terre sont critiques. Elles demandent donc d’être anticipées, réfléchies, repensées. Nous disposons, néanmoins, de nombreux outils pour transformer ces risques en opportunités.

Mais comment repenser l’allocation de nos ressources humaines, technologiques et financières pour aborder ces défis ? Nous débordons de connaissances et ressources résultant, pour certaines, de l’épuisement même de nos ressources naturelles. (Ré) utilisons-les pour transformer radicalement notre rapport à l’environnement, au progrès et aux autres. Préparer un
avenir désirable ! C’est sur ce constat que CentraleSupélec entend jouer un rôle actif dans la résolution de ces défis.

Vous tenez beaucoup à l’entrepreneuriat comme moteur du changement. Quelle place cela occupe-t-il dans vos cursus ?

Créée dès l’origine par un entrepreneur, CentraleSupélec bénéficie d’un niveau d’excellence reconnu en matière d’entrepreneuriat. Depuis deux cents ans, des ingénieurs entrepreneurs de l’école ont fait le renom économique, technologique, industriel et scientifique de la France : Eiffel, Bouygues, Peugeot, Michelin, Bréguet, Blériot, Latécoère. Plus récemment, des entreprises créées par des alumni de l’école se sont distinguées : Business Objects (1re entreprise européenne côtée au Nasdaq), Criteo (1ère licorne française), Datadog, Withings, Dataiku, Devialet, Moderna, etc.

Dès la fin des années 1990, CentraleSupélec a été l’une des premières écoles d’ingénieur·e à proposer à ses élèves des formations dédiées à l’entrepreneuriat, et ce, dès leur première année d’études. En 2001, l’école a ajouté un dispositif essentiel pour accompagner ses porteurs de projets en se dotant de son propre incubateur de start-up. Un mastère spécialisé sur l’entrepreneuriat a ensuite été créé en 2009, en partenariat avec l’ESSEC. Il permet à tout·e porteur·se de projets, de tout âge et de toute expérience, de se former à l’entrepreneuriat, quel que soit son parcours initial.

Quelle place occupe au sein de l'école votre programme 21st lancé récemment ?

Aux deux missions premières que sont l’enseignement et la recherche, l’école entend jouer un rôle clé en matière d’innovation responsable. C’est l’ambition de 21st, le nouveau programme d’innovation et d’entrepreneuriat de l’école : véritable plateforme où se rencontrent étudiant·es, chercheur·ses et entrepreneur ·ses pour construire un avenir désirable. Le tout en s’engageant dans trois domaines d’innovation : la régénération des écosystèmes, les grandes odyssées humaines et la révolution business et industrielle.

Ce programme 21st est-il ouvert à toutes et tous ? Comment participer au changement grâce à l’accompagnement de CentraleSupélec ?

L’accélérateur 21st apporte et transmet aux porteur·ses de projets toutes les qualités entrepreneuriales qui leur permettront d’être à l’origine d’innovations majeures dans un monde en constante transformation. Pour y parvenir trois programmes leur sont proposés : LAUNCH, pour sensibiliser et former les étudiant·es et doctorant·es de CentraleSupélec ; BUILD, pour accompagner, au travers de notre accélérateur, des start-up innovantes œuvrant dans l’un des trois domaines d’innovation de 21st, à savoir : la régénération des écosystèmes, pour créer les transitions environnementales durables ; les grandes odyssées humaines, pour assurer le meilleur pour le vivant en termes de santé, éducation, interactions sociales et sociétales ; et la révolution business et industrielle, pour repenser les rapports de l’homme à la machine face aux nouveaux modes de travail et de production. SCALE, pour héberger des scale-up en recherche de collaborations scientifiques.

Le programme s’appuie sur des infrastructures de classe mondiale, des liens privilégiés avec nos expertises de recherche et laboratoires, des outils de financement et un réseau de plus de 45 000 alumni, ancrés dans tous les secteurs de la vie économique, sociale et sociétale, qui font la force de notre école.

A propos de notre partenaire

Née en janvier 2015 de la fusion de l’École Centrale Paris et de Supélec, CentraleSupélec est membre fondateur de l’Université Paris-Saclay. L’école compte plus de 4 500 étudiants, 18 laboratoires de recherche, 3 écoles à l’international (Chine, Inde, Maroc) et plus de 140 entreprises partenaires.

▶ Pour en savoir plus : https://21st.centralesupelec.com/

 

La rédaction de Chut !
Chut ! est un magazine de société qui prend le temps d’observer l’impact du numérique sur nos vies.