Quelles sont les actions mises en œuvre par Cdiscount au titre de la transition écologique ?

Dans nos actions, l’inclusion et la préoccupation environnementale sont étroitement liées. Nous avons noué, il y a déjà dix ans, un partenariat avec Envie Gironde. Cette entreprise de l’économie solidaire recrute et forme des personnes très éloignées de l’emploi aux métiers du service après-vente. Elles récupèrent et réparent les invendus de notre plateforme ainsi que les produits renvoyés par les client·es. Ces produits trouvent ainsi une seconde vie et sont ensuite revendus dans des magasins solidaires. Quant à ceux qui ne peuvent pas être réhabilités, Envie les conserve pour des réparations futures ou le recyclage. Mais le recyclage est considéré comme la dernière solution. Par cette initiative, 80 % des personnes retrouvent le chemin d’un emploi durable. En 2019, plus de 600 tonnes de produits ont été récupérées par Envie Gironde.

Dans le même esprit, nous avons également un partenariat avec la start-up PIVR, qui propose à prix très raisonnable des réparations guidées par visio, et un autre avec l’entreprise bordelaise Geev, qui a imaginé une appli de dons entre particuliers. Ce sont plus de 100 000 visiteur·ses qui se sont connectés à Geev depuis notre site.

Notre objectif, c’est d’aider nos client·es à faire des choix de consommation différents, en employant la voie pédagogique. Nous proposons également une offre de produits reconditionnés ou de seconde main sur plusieurs catégories, par exemple les smart- phones, les consoles de jeux, le petit électroménager, la mode…

Comment agir sur la logistique, alors que le transport constitue un poste particulièrement émetteur de gaz à effet de serre ?

Depuis six ans, nous réalisons des investissements importants pour réduire l’impact de notre logistique. Nous avons l’avantage de maîtriser toute la chaîne, de l’emballage à la livraison chez nos client·es.

Tout d’abord, nous faisons la chasse au vide dans nos colis, grâce à nos machines à emballage 3D. Elles ajustent le colis au plus près du produit. Il ne reste plus, désormais, que deux millimètres entre les deux ! 86 % de nos colis sont emballés au plus juste.

Cet exemple illustre, à mon sens, le secret d’une mesure à impact positif qui s’inscrit dans la durée, car elle atteint trois objectifs : une meilleure performance économique, environnementale et la satisfaction du client. La perception des client·es est très importante. Avec ces emballages, leur produit est mieux protégé. Par ailleurs, nous avons changé de méthode de chargement de camion. Grâce au « chargement en vrac » – et non plus en utilisant des monte-charge et des palettes –, nous remplissons davantage les camions.

Des colis plus petits, plus nombreux dans les camions, cela signifie moins de camions sur les routes – en l’occurrence 30 % en moins – et donc moins de pollution. Cela paraît simple, mais pour y parvenir, il y a derrière beaucoup de recherche et d’innovation !

On souligne toujours plus l’impact environnemental du numérique. Comment le réduire ?

C’est une préoccupation dont se sont emparé·es nos ingénieur·es. Découvrir les moyens de se montrer plus frugal, en tant qu’acteur de la tech française, c’est un défi qu’ils relèvent avec enthousiasme. Tout le marketing digital est embarqué dans une réflexion autour de la Green IT.

Pour notre site et nos applis, une large réflexion d’écoconception a été menée. Énormément de pages ont déjà été allégées, tandis qu’on continue à revoir le fonctionnement du site dans son ensemble.

Nous nous sommes engagés en octobre dans la campagne Planet Tech’Care, initiée par le Conseil National du Numérique. Nous croyons beaucoup au partage des bonnes pratiques.

Nous laissons d’ailleurs toutes nos infrastructures ouvertes pour les jeunes pousses qui voudraient profiter du terrain de jeu que nous constituons. Le numérique peut être ouvert, avec un vrai partage des valeurs.

Les plateformes de e-commerces ont beaucoup été critiquées pendant les confinements. Comment collaborer avec les commerces physiques ?

Nous n’opposons pas commerce physique et digital. Au contraire, ils sont complémentaires. Nous travaillons de longue date avec les PME-TPE françaises : 5 000 d’entre elles sont présentes sur notre plateforme. Face à l’urgence économique engendrée par le deuxième confinement, nous avons ouvert gratuitement et pour six mois notre plateforme aux magasins pour du click & collect. En 15 jours, plus de 2 000 d’entre eux ont sollicité ce dispositif.

A propos de notre partenaire

Cdiscount.com est une filiale du groupe Casino. L’entreprise compte près de 2 000 collaborateur·trices et réalise un volume d’affaires de près de 4 milliards d’euros en 2019, incluant sa marketplace avec plus de 12 000 commerçants partenaires, dont 5 000 vendeurs français. Cdiscount veut « rendre possible l’accès aux biens et services au plus grand nombre tout en construisant une économie du numérique européenne inclusive et solidaire ».

La rédaction de Chut !
Chut ! est un magazine de société qui prend le temps d’observer l’impact du numérique sur nos vies.