Comment en êtes-vous venue à mêler sciences du langage et informatique ?

Après avoir été professeure de l’Éducation nationale, j’ai choisi de faire un doctorat en sciences du langage. Mon sujet d’étude portait sur la grammaire et la morphosyntaxe de l’interrogation. J’avais alors envie de me concentrer sur de vraies phrases prononcées par de vrais locuteurs et de les analyser en termes de linguistique et de phonétique générale.

Afin de mener à bien mes recherches, j’ai travaillé au sein du LIUM, le laboratoire d’informatique de l’université du Mans. Notre travail de recherche se scinde en deux grandes catégories. Un groupe s’occupe du traitement de la parole, de la reconnaissance automatique de la parole et du traitement du locuteur. Et un autre groupe étudie les interactions homme-machine pour l’apprentissage humain. Cela concerne l’e-learning, par exemple. Pour ma thèse, l’appui logistique de l’informatique était bienvenu afin de m’aider à traiter un grand nombre de données auxquelles je devais faire face. Je voulais un vrai corpus avec des phrases utilisées et enregistrées.

 

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Directrice de publication
Cofondatrice du média Chut!