Briser le tabou de la pénibilité

Briser le tabou de la pénibilité du travail des maraîcher·ères, c’est l’objectif que s’est fixé Maët Le Lan, maraîchère à Auray, dans le Morbihan. Voilà six ans qu’elle et son équipe ont recours à un robot polyvalent pour désherber et biner les légumes de la station horticole expérimentale Bretagne sud, dont elle est responsable et qui dépend de la Chambre d’Agriculture du Morbihan. Une aide précieuse qui lui permet d’éviter le recours aux herbicides et de se concentrer sur les mille et une autres tâches de l’exploitation. Selon elle, l’innovation technologique est une piste de travail à ne pas négliger pour relever les défis auxquels est confrontée l’agriculture. La mort (presque) programmée des produits phytosanitaires met les agriculteur·rices « face à un problème de fertilité des sols, de gestion des maladies et de main-d’œuvre, puisqu’il y aura à l’avenir plus de tâches à effectuer manuellement », assure Maët Le Lan.

Doté d’un autoguidage par GPS lui permettant de circuler entre les rangs de poireaux, de choux ou de radis, le petit robot Oz utilisé dans l’exploitation expérimentale d’Auray a fini par convaincre, après des débuts marqués par des problèmes techniques à répétition. « Quand on a acheté le robot, les maraîchers bio du coin étaient plutôt sceptiques. Mais pourquoi notre profession ne serait pas tournée vers l’innovation ? », s’interroge, amusée, celle qui partage les résultats de ses expérimentations avec ses collègues de la région.

Lec'hvien Julien
Lec'hvien Julien