« Tiens, installe-toi, je mets juste le pain à cuire. » Dominique Rie allume son four à gaz, alimenté par une bonbonne. Comme son frigo, qu’il n’allume « que quand le lait commence à tourner ». Sous la voûte en pierre de sa maison d’Albinhac, un hameau isolé de l’Aveyron (12), le décor raconte la vie de ce natif de Belgique. Sur une étagère, des livres témoignent de ses années d’enseignement. À l’entrée, une brochure de l’ONG Greenpeace, où il a travaillé dix ans, intitulée « Le temps du soleil : l’éveil aux énergies propres et renouvelables, hiver 1991-1992 ». Un souvenir de sa première venue dans cette vallée boisée, située à une vingtaine de kilomètres de Millau. À l’époque, le propriétaire lui vend ces bâtiments sur le point de s’effondrer et six hectares de terrain pour 30 000 francs. Après cinq ans de chantier pendant les vacances, il passe son premier hiver sur place en 1997, sous la tente. Ici, il a « trouvé sa place ».

En arrivant à Albinhac, Dominique a vite repéré l’orientation plein sud des maisons et l’existence d’une ancienne citerne d’eau. Il n’avait plus qu’à se mettre au travail. Une fois qu’il a un toit sur la tête, à l’aube de l’an 2000, il installe des panneaux photovoltaïques, pour avoir un peu d’électricité, qu’il complète en 2003 par des panneaux solaires thermiques, pour l’eau chaude. Puis il maçonne un réservoir de 35 000 litres et un réseau de récupération de l’eau des toitures ainsi qu’un système ingénieux de filtration naturelle. Reste le chauffage, au bois, qu’il récolte lui-même dans un coin de forêt qu’il a racheté à un voisin. Et bien sûr la nourriture : deux grands potagers, des poules, des pintades et même des chèvres « pour avoir un peu de fromage rais l’été » et pour du gigot et du pâté. Il ne lui reste que quelques courses à faire à Millau, en voiture, qui demeure sa principale dépendance. « Les gens me disent que je suis autonome, mais je rectifie, je fais juste par moi-même dans la mesure du possible. »

La rédaction de Chut !
Chut ! est un magazine de société qui prend le temps d’observer l’impact du numérique sur nos vies.