Il y a encore quelques mois, vous m’auriez parlé de pollution numérique, je l’avoue, j’aurais probablement pris le sujet à la légère. Nous sommes nombreux à raisonner ainsi, probablement parce qu’il nous est difficile de concevoir que le numérique pollue. Bien sûr, nous sommes sensibilisés à la pollution engendrée par la conception d’un téléphone portable nécessitant certains métaux rares qui appauvrissent l’environnement ainsi que les recharges de batterie consommatrices en énergie. Mais au-delà du produit lui-même, la pollution numérique, c’est aussi toute l’activité en ligne liée à internet et principalement les mails qui sont en cause. Quoi de plus anodin que l’envoi d’un e-mail qui ne nécessite qu’un simple clic, invisible et impalpable ? Pourtant, d’après un rapport de l’ADEME, un mail avec une pièce jointe de 100 Mo consomme autant d’énergie qu’une ampoule restée allumée pendant une heure. Faites le compte : en 2017, 269 milliards de mails ont été envoyés…

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !