Ah les stéréotypes ! S’il y a bien une chose de plus lente qu’un vieux au volant, c’est bien un vieux derrière un écran… dit-on. Alain Prost a bientôt 65 ans, libre à vous de lui lancer un défi. Mais c’est comme ça, les clichés ont la vie dure. Certes, encore 27 % des personnes âgées de 60 ans et plus n’utilisent jamais internet selon une étude de l’Institut CSA. Ce qui signifie également que 73 % de cette même tranche d’âge l’utilisent plus ou moins régulièrement. Et ce n’est pas ma belle-mère, devenue une spécialiste des commentaires sur les réseaux sociaux, qui dira le contraire. Même si tous ne sont pas des Alain Prost du numérique, nombre d’entre eux pourraient bien vous surprendre et vous laisser sur le carreau en un tour de souris et quelques accélérations sur le clavier.

Le silver geek, une espèce en pleine expansion

Même si j’ai été le premier à taquiner mes parents lorsqu’ils ouvraient une fenêtre d’Internet Explorer à chaque nouvelle recherche, les choses ont bien évolué. En quelques années, mon père ne se sépare plus de son iPad et ma chère maman a découvert de nouvelles manières pour me joindre avec les mails, Facebook Messenger et WhatsApp. Les temps changent et la population silver (du fait de leurs cheveux blancs) se passionnent pour le digital. Le baromètre du numérique 2018 réalisé par le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CREDOC) estimait à 60 % les internautes de plus de 70 ans dont 45 % à s’y connecter chaque jour. Ceux-là mêmes qui maîtrisent le langage SMS, qui envoient des GIF bien placés sur les réseaux sociaux et qui n’hésitent pas à faire savoir leur mécontentement dans les études de satisfactions de leur fournisseur d’énergie. Fini d’appeler les enfants à la rescousse, les silver geeks cherchent eux-mêmes une solution à leurs problèmes via les moteurs de recherche.

Les séniors représentent aujourd’hui près du quart des internautes français

Avec le numérique justement, les connexions d’écran à écran surpassent les notions de genre et d’âge. Peu importe ce qui nous caractérise, nous sommes un pseudo ou un avatar parmi tant d’autres. Qui pourrait croire que parmi vos contacts de jeu vidéo en ligne s’éclatent chaque soir des retraités, hommes et femmes, aux réflexes pas si émoussés. Lors de la compétition d’e-sport DreamHack Winter 2017 la Team Silver Sniper a notamment participé, malgré des âges allant de 62 à 81 ans. Avec eux, nul doute que le week-end chez papi et mamie ne se passent pas à jardiner dans le potager.

Mais il n’y a pas que le jeu vidéo et les réseaux sociaux. Depuis quelques années, les pratiques numériques des seniors ont connu un véritable boum. Après avoir connu des difficultés d’adaptation qui leur ont valu une pluie de clichés en tout genre, les séniors représentent aujourd’hui près du quart des internautes français. Avec un temps de connexion de 14 heures par semaine, ils s’intéressent de plus en plus aux nouvelles opportunités des outils numériques. Ils sont 66 % à avoir déjà fait des achats en ligne et 27 % à le faire chaque mois. Les plus de 60 ans ont bien compris que le numérique peut leur faciliter la vie. Se faire livrer les courses directement à la maison, prendre des nouvelles de leurs proches, organiser les voyages, les services sont multiples et facilement accessibles. Dorénavant, les récents progrès de l’e-santé attirent même les plus irréductibles pour profiter des bienfaits de la révolution digitale.

Lire aussi : Cloud gaming : le jeu vidéo entre en mode Netflix

Qui a dit que le vieux ne pouvait pas être cool à l’heure numérique ?

Alors que l’on fait de plus en plus la chasse aux préjugés et que l’on cultive la différence, l’image de la personne âgée perdue devant son écran persiste. On trouvera toujours des situations cocasses sur les réseaux sociaux, surtout que les facultés d’apprentissage ne sont pas la même à 15 ans et à 70 ans. Néanmoins, au fur et à mesure que leur maîtrise du numérique avance, les personnes âgées sont de plus en plus tendance. La révolution digitale a donné naissance à de véritables icônes d’internet. Car lorsque l’on parle d’influenceurs, il n’y a pas que les jeunes Cyprien, Norman, Natoo ou EnjoyPhoenix sur Instagram. Les séniors s’y mettent aussi et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils tirent leur épingle du jeu. Dans le domaine du voyage, Youngsenior et ses 70 ans attire de nombreux internautes venus découvrir le récit de ses pérégrinations à travers le monde. Dans la même lignée, on retrouve un couple déjanté derrière le blog Seniors en vadrouille au travers de conseils voyages teintés d’humour. Et parce qu’on finira tous par vieillir, autant le faire bien. C’est ainsi que le blog d’une cinquantenaire, Senior mais pas trop, apporte des conseils de développement personnel pour voir une autre image du sénior que les éternels clichés.

Lire aussi : L’avènement des implants neuronaux : demain tous cyborg ?

On pense toujours que les vieux sont rasoirs et ne savent pas distinguer le clic droit du clic gauche ? C’était sans compter sur Françoise et sa chaîne YouTube Je ne suis pas une senior. Elle aussi se révolte des stéréotypes sur les retraités adeptes du téléachat et de la saison 34 des feux de l’amour. Elle met à mal tous les préjugés associés aux personnes âgées avec humour et un brin de folie.

Autre phénomène qui replace les vieux dans la cool attitude, les silver influenceurs. Du haut de leurs 70 ans passés, ils ne passent pas inaperçus sur Instagram et font même de l’ombre aux It girls à la plastique parfaite. Comment passer à côté de Baddie Winkle, la mamie la plus suivie de toute la planète, devenue célèbre à 85 ans au travers de ses multiples tenues colorées. Elle a atteint à 91 ans plus de 3,8 millions d’abonnés. Mais Baddie est loin d’être la seule personne âgée à briller sur la toile. On retrouve également Iris Apfel et ses reconnaissables lunettes rondes, la belle Jan de Villeneuve, la pétillante Suzi Grant et bien d’autres.

 

On peut toujours sourire devant les bourdes des séniors en informatique. Il n’y a rien de mal à cela. Mais gardons bien en tête que nombre d’entre eux maîtrisent mieux que nous les outils numériques. Petit à petit, la transformation digitale touche toutes les populations et tous les âges. Le temps des vieux has been est révolu et les silver geeks n’ont pas dit leur dernier mot !

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.