Des files interminables, sur les campus d’universités, devant le CROUS ou aux distributions des banques alimentaires. En 2021, en France, les étudiant·es peinent à se nourrir. « De nombreux étudiants viennent nous voir pour des problèmes de logement, de précarité alimentaire ou d’hygiène, de dépression… », raconte Jean Hugon, étudiant et militant à l’UNEF Auvergne. La crise du Covid-19 et ses conséquences économiques ont provoqué une augmentation de 25 % du nombre de bénéficiaires des banques alimentaires : ils étaient plus de deux millions au début de l’année 2021. « Les étudiants ont été très touchés, les familles monoparentales, les retraités… On a pu maintenir le même niveau de distribution, mais heureusement qu’on a eu assez de dons et d’aides de l’État », notent Élodie Tarby et Marine Riaudel, respectivement chargée de mission et chargée de communication et des partenariats à la Fédération Française des Banques Alimentaires.

Pauline Ferrari
Pauline Ferrari
Journaliste Tech
Mes domaines de prédilections : nouvelles technologies, féminismes, sexualités, cultures web et tréfonds d'internet.