Crowdfarming

Lorsque les deux frères Gonzalo et Gabriel Úrculo héritent d’une exploitation d’orangers près de Valence, en Espagne, ils se retrouvent confrontés à un problème : comment rentabiliser leur production pour en vivre ? Avec l’aide de Moisés Calviño, une idée germe : ils proposent leurs orangers à l’adoption via un site, CrowdFarming. En 2017, Juliette Simonin rejoint l’aventure : « On a décidé de faire ça plus globalement, dans l’Europe entière, et en variant les produits. »

Aujourd’hui, le site compte 180 producteur·rices et près de 300 projets, répartis dans quatre pays : l’Espagne, la France, l’Italie et l’Allemagne.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !