« Pourquoi pas moi ? » C’est en assistant à des webinaires sur la santé, le bien-être ou encore la communication durant le confinement que la créatrice de contenus Cécile Strouk a eu envie de se lancer : « ce format gratuit se veut très accessible. Les participants n’ont pas des exigences très hautes si ce n’est se divertir, s’informer, et surtout ne pas s’ennuyer. » Elle a donc organisé deux sessions « En quête du mot juste » pour montrer son expertise sur la langue française. Les deux ont réuni une vingtaine de personnes à chaque fois. « Je prête ma plume à d’autres. Je suis par essence dans l’ombre. Avec ces webinaires, il s’agit d’être un peu plus dans la lumière pour gagner en visibilité », souligne-t-elle. Cécile Strouk se dit satisfaite de l’expérience. Elle a fait attention au rythme, a proposé des exercices, s’est également montrée vigilante aux bugs techniques qui peuvent venir gâcher la séance. « C’est très addictif et pas aussi froid qu’on pourrait le penser. On peut arriver à créer des liens avec les auditeurs et les auditrices. » Elle espère ainsi se constituer un réseau pour proposer des ateliers d’écriture, payants cette fois-ci. La plume en est persuadée : « les webinaires vont perdurer. Cela devient tellement simple de prendre une heure de son temps pour acquérir des connaissances sur un sujet qui nous intéresse. »

Il suffit de consulter les hashtags #webinaire ou #webinar sur les réseaux sociaux pour se rendre compte que Cécile n’est pas la seule intéressée par ce format. À Nice, la Banque de France et la FrenchTech proposent une session le 11 juin sur « l’écosystème des start-ups dans les Alpes-Maritimes ». Le 12 juin, Pôle Emploi présente son Lab via un webinaire. Le 16, la revue Esprit en organise un autour de la question « Après le Covid-19, l’économie toujours contre l’écologie ? » Et ainsi de suite… Le webinaire a depuis la crise sanitaire largement dépassé le monde de la formation. Entreprises, médias, associations, collectivités, tout le monde s’y est mis. Comme conférences et séminaires ne peuvent plus avoir lieu « in real life » pour le moment, ils se font en ligne. Le format privilégié : quelques intervenants qui échangent pendant une heure avec des questions par tchat des participants.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !