Je bash, nous bashons

Le bashing, devenu monnaie courante sur certains réseaux sociaux, est la manifestation d’un mécanisme de société latent depuis des décennies. C’est avec la mise en scène de nos vies (médias, télé-réalité, réseaux sociaux) que la société s’est habituée à devenir spectatrice, et donc commentatrice, de la vie des autres. Déjà en 1967, l’écrivain Guy Debord soulignait une société où tout le « vécu » devient du « vu ». La culture du clash fait intimement partie de nos divertissements, on pense à plusieurs émissions télé que nous ne nommerons pas ici et aux altercations entre les célébrités ou les marques sur les réseaux sociaux qui font le bonheur des community managers. Tristement, les attaques personnelles de tous bords ont volé la place à la culture du débat, chère au français. Selon le sémiologue François Jost, internet est devenu un lieu où l’on vise les autres pour leurs propos, mais en s’attaquant à leur personne, leur apparence ou encore leur contexte social. Jusqu’aux dernières nouvelles, attaquer quelqu’un sur son physique ou ses origines, parce que son opinion est différente, souligne une perversité banalisée, mais aussi de graves inégalités quand l’acte de bashing n’est pas condamné.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !