Huit femmes primées. Les prix Margaret et Margaret Junior, organisés par « la Journée de la femme digitale » (JFD), ont été remis ce lundi 8 mars. Créés pour « mettre à l’honneur et connecter les femmes qui s’emploient à révolutionner le monde grâce au digital », ces prix récompensent des femmes et des jeunes filles du secteur du numérique aux parcours remarquables. « Nous avons reçu plus de deux cents candidatures et, en particulier parmi les 25 femmes et jeunes femmes que nous avons nommées pour ce prix, toutes méritaient d’être récompensées. Le choix a été cornélien ! », confie la créatrice du prix, Delphine Rémy-Boutang, fondatrice et dirigeante de l’agence The Bureau et de la Journée de la femme digitale. « Elles correspondent toutes à l’ADN de la « Journée de la femme digitale » : elles se lancent à l’attaque du numérique et vont de l’avant », ajoute-t-elle.

Entrepreneure Europe : Linnéa Kornehed, co-fondatrice d’Einride

Linnéa Kornehed, co-fondatrice d’Einride (Suède), est la lauréate du Margaret « Entrepreneure Europe ». La start-up qu’elle a créée développe des véhicules autonomes à propulsion électrique. Une première, mise en œuvre par Einride : la mise en route d’un camion électrique sur une route publique. « J’espère inspirer les femmes du monde entier en partageant mon parcours et en promouvant l’égalité des genres dans tous les rôles au sein de mon entreprise. Y compris celui de chauffeur de camion, pour faire encore tomber les barrières », explique Linnéa Kornehed, qui se dit « ravie de faire partie de celles qui ouvrent la voie à un avenir meilleur, grâce à ce prix qui célèbre les femmes pionnières ».

Intrapreneur Europe : Elham Kashefi, co-fondatrice VeriQloud

Pour le Margaret « Intrapreneur Europe », c’est Elham Kashefi, professeure d’informatique quantique à l’Université d’Edimbourg, directrice de recherche au CNRS – Laboratoire informatique LIP6 de Sorbonne Université et co-fondatrice VeriQloud (Royaume-Uni, France) qui a été primée. « Un parcours incroyable », souligne Delphine Rémy-Boutang. Elham Kashefi fait figure de parangon de « role model », tel que veulent les promouvoir les prix Margaret. « Elle est chercheuse, professeure et entrepreneure. Et œuvre dans l’informatique quantique, qui a récemment été pointée comme l’un des secteurs d’avenir en France, par le président de la République », rappelle Delphine Rémy-Boutang.

Entrepreneure Afrique : Nneile Nkholise, co-fondatrice de 3DIMO

Le Margaret « Entrepreneure Afrique » a été décerné à Nneile Nkholise, co-fondatrice et CEO de 3DIMO, start-up sud-africaine, qui automatise l’analyse des données du bétail pour surveiller la santé des animaux.

Et le Margaret « Intrapreneure Afrique » a été remis Elohi Omame, fondatrice de FirstCheck Africa et directrice générale d’Endeavor Nigeria (Nigéria). « Une initiative primordiale puisque l’idée d’Elohi Omame est d’aider les entrepreneures africaines à lever des fonds. On le sait et on le déplore encore : 98 % des capitaux risques disponibles dans le monde vont aux entreprises créées par des hommes. Ne restent que deux petits pourcents pour les femmes entrepreneures », souligne Delphine Rémy-Boutang.

Margaret Junior : Louise Lesueur et Xaviera Nguefo Kowo

Innovation de cette édition 2021, les jeunes femmes ont également été mises à l’honneur, avec un nouveau prix « Margaret Junior ». A été récompensée, pour l’Europe, Louise Lesueur, 11 ans, à l’origine d’un projet d’application qui améliore le suivi médical des enfants et des personnes handicapées, nommée TOGETHER! (France). Pour l’Afrique, c’est Xaviera Nguefo Kowo (Cameroun), une programmeuse de 18 ans, inventeuse d’un robot de traitement de déchets qui a été primée.

Le jury a par ailleurs remis un « prix coup de cœur du jury » à Manon Van Hoorebeke (Belgique) et à Rose Goyéli Tuo (Côte d’Ivoire).

Sylvie Fagnart
Sylvie Fagnart
Plume Journaliste