Au fil du temps les facultés physiques et mentales de l’homme régressent et le cerveau est l’un des organes les plus touchés. Certes, l’idée de placer dans mon propre corps un dispositif électronique, aussi petit soit-il, me rebute quelque peu. Pourtant, à choisir entre une maladie dégénérative ou ce petit sacrifice, le choix est simple. À bien y réfléchir, biologie et numérique risquent tôt ou tard d’unir leur force pour notre bien-être. En 2015 déjà, deux singes avaient réussi à contrôler leurs membres inférieurs paralysés grâce à des implants neuronaux créés par l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Les possibilités en la matière semblent infinies et nombre d’objectifs éthiquement louables remplissent les calendriers avant de viser les supercapacités si chères aux films de science-fiction.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !