Le confinement change-t-il notre rapport aux écrans ?

Séverine Erhel. Il change en tout cas nos postures. Avant le confinement, certains experts médiatiques faisaient beaucoup de bruits autour de la nocivité des écrans. Pourtant, dans la littérature scientifique, les choses ne sont pas aussi tranchées. Dans la théorie du déplacement (Neumann, 1989), on suppose que chaque minute passée à utiliser des outils numériques (TV, réseaux sociaux, jeu vidéo) se substitue à la socialisation avec les copains et nuit aux apprentissages. Plus récemment, d’autres études viennent contredire cette théorie. Selon des chercheurs d’Oxford, il existerait un temps optimal, raisonné et bénéfique d’utilisation du numérique.

Lire aussi : Comment le numérique rapproche les confiné·es

Pour l’heure, on peut s’accorder sur le fait que regarder les écrans de manière modérée peut être bénéfique. Et avec le confinement, les familles l’expérimentent tous les jours. Les écrans remplissent plusieurs fonctions dans cette période particulière :  ils permettent de poursuivre les apprentissages dans le cadre de l’école à la maison, de conserver le lien avec les copains par visio pour les plus jeunes, par les réseaux sociaux et les jeux vidéo pour les adolescents.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !