Artiste, slameuse, vous utilisez le numérique dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pourquoi être passée par la tech pour porter votre engagement ?

Quand j’ai fondé l’association Résonantes en 2015 et que nous avons créé l’appli App-Elles et la plateforme resonantes.fr, cela faisait près de dix ans que je travaillais déjà sur les questions des violences sexistes et sexuelles pour le compte d’autres associations. Je m’adressais avant tout aux 15–24 ans, en milieu scolaire notamment. J’ai confisqué tellement de téléphones pendant ces ateliers…

Je me suis dit que si je voulais faire passer des messages aux jeunes, c’était par le biais de leur mobile. Plus largement, le réflexe de tout le monde aujourd’hui, c’est de prendre son téléphone pour une recette, pour un trajet, pour commander à manger. Pourquoi on ne l’utiliserait pas aussi pour faire face aux violences ?

Les victimes, les témoins ou les proches ont envie d’agir mais ne savent pas comment. Il y a des solutions mais elles ou ils ne les connaissent pas. Avec la tech, on peut faire des alertes, donner de l’information, diffuser les numéros de téléphone des structures à contacter.

Sylvie Lecherbonnier
Sylvie Lecherbonnier
Rédactrice en chef de Chut!