Arnaques au CPF (Compte Personnel de Formation), promotion de produits dangereux, clashs et bad buzz : depuis quelques mois, les influenceur·ses sont sous les feux des projecteurs, et pas forcément pour les bonnes raisons. Des critiques qui ébranlent un milieu encore peu encadré, et dont les marques raffolent. Mais face à cette mauvaise presse, certain·es semblent tirer leur épingle du jeu :  les animateur·rices de plus petites communautés. « Un influenceur, dans la définition, c’est quelqu’un qui a un pouvoir de prescription sur des gens qu’il n’a jamais rencontrés. Dans l’écosystème de l’influence, on définit comme micro-influenceur ceux et celles qui ont en dessous de 10 000 abonnés, voire en dessous de 5 000 », explique Guillaume Doki-Thonon, cofondateur de Reech, entreprise spécialisée dans l’influence. 

Moins d’abonné·es, mais plus de portée : c’est la conclusion que tire la plupart des professionnel·les du marketing d’influence. Alors que les influenceur·ses aux millions d’abonné·es multiplient les placements de produits, ces derniers ne vont en général toucher qu’une faible part de leur audience. « Certains abonnés de macro-influenceurs les suivent de très loin, sans assiduité. Généralement, on constate que plus on a d’abonnés, plus la part despersonnes très engagées est faible », analyse Nathalie Fleck, professeure des universités en marketing, spécialisée en psychologie du consommateur. « Quand on parle d’engagement, ça veut dire liker, commenter, repartager du contenu. Les influenceurs qui ont moins de followers ont souvent proportionnellement des abonnés plus engagés, ils ont donc une influence plus grande sur une plus petite audience », ajoute-t-elle. Une aubaine bien perçue par les marques. 

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Liberté

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !