Après la journée de la femme, l’année de la femme ?

2017 a été et restera une année marquante dans l’histoire du féminisme. Tabou des règles, méconnaissance des maladies comme l’endométriose, de l’organe du plaisir féminin, le clitoris (avec cette vidéo qui a fait le tour des réseaux), harcèlement de rue, harcèlement au travail, affaire Weinstein, langue patriarcale, jouets pour enfants marketés de façon genrée, violences des pratiques obstétricales, charge mentale, tout est dénoncé ou presque. À croire que si l’on a de plus en plus de mal à partager notre vie privée sur les réseaux, on partage clairement nos convictions.

Jamais autant de plaintes pour violences sexuelles n’avaient été enregistrées, avec une augmentation de 20 à 30 % à l’automne dernier, résultante directe de l’onde de choc #MeToo qui brise le tabou. Dans le même temps, on apprend le décès de l’icône de la lutte pour les droits des femmes, Simone Veil, ainsi de celui de Françoise Héritier, la célèbre anthropologue et ethnologue féministe. Nous sommes alors nombreuses et nombreux à (re)découvrir les travaux de ces femmes qui ont marqué l’histoire du féminisme via les médias, et bien entendu, les réseaux sociaux, prouvant ainsi la méconnaissance de certaines figures féminines importantes notamment dans le monde scientifique. Dernièrement, c’était le harcèlement à l’encontre des actrices de films pornos qui était dénoncé, comme le présentait la dernière vidéo Konbini News avec le témoignage poignant et l’appel au soutien de Nikita Bellucci. La parole s’est libérée et les réseaux sociaux semblent y avoir largement contribué. Mais n’oublions pas que malheureusement, cela va encore dans les deux sens. Sur fond de bodyshaming, certaines doivent quitter les réseaux, faute de se faire harceler en ligne, comme en témoigne la récente décision de Caroline de Haas.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !