Le journalisme a son IAssistant

Dans le cadre des élections départementales de 2015, le journal Le Monde a fait appel à la société Syllabs afin de gérer la quantité immense d’informations à transmettre à ses lecteurs. Cette société spécialiste dans la création d’articles automatisés produit des articles rédigés par des machines et publiables sur tous les médias. Cette nouvelle technique de rédaction est utilisée dans divers domaines tels que l’immobilier, l’e-commerce ou le webmarketing. Claude de Loupy, cofondateur de Syllabs, expose dans un entretien avec l’INA la commande passée par Le Monde de 36 000 articles dans le jour même des élections de 2015. Cet outil a été crucial pour eux, notamment dans le traitement de l’information hyperlocalisée des élections départementales. Il s’agissait surtout de traiter les résultats de chaque commune et cela aurait représenté un travail fastidieux qui, de surcroît, aurait nécessité une forte réactivité. Toutefois, rassurons-nous : Claude de Loupy indique bien que ses « robots rédacteurs » ne sont pas des robots journalistes, puisqu’ils n’ont pas la capacité d’analyse qu’a un humain, mais peuvent s’avérer fort utiles pour retranscrire des résultats d’élection.

robot rédacteur

Exemple d'article produit par Syllabs pour Le Monde. © Syllabs

Ces « moteurs de rédaction » sont ainsi conçus de trois manières différentes. La première s’appuie sur la fameuse technologie du Machine Learning, pour laquelle on fournit une quantité gargantuesque d’exemples au robot, capable ainsi d’identifier des éléments. Il existe également la méthode dite « à base de règles » ou ontologies, où l’apprentissage est apporté par des ingénieurs linguistes. Enfin, la troisième, celle utilisée par Syllabs, est une combinaison des deux précédentes, afin d’obtenir des écrits cohérents et précis. Preuve de la qualité des résultats obtenus, Claude de Loupy souligne que Le Monde a publié ces articles sans même les relire. De plus, les robots sont capables de produire 1,3 million d’articles en 24 h, avec une publication effective en une seule petite seconde après la réception des data. Impressionnant, non ? Mais attention, pour les articles destinés à des cibles hyperlocales comme c’était le cas avec les élections départementales, ou comme cela peut l’être pour des destinataires étrangers, chaque moteur de rédaction doit être développé méticuleusement. En effet, pour qu’il soit précis, il faut en amont prêter une attention particulière à la langue, au ton, et à la culture locale des lecteurs.

Lire aussi : Le slow blogging, le contenu goutte à goutte

Je vois déjà arriver les aficionados du « ils nous volent notre travail », et il est vrai que ce genre d’avancée amène à des questionnements. Le métier de journaliste humanoïde est-il voué à disparaître ? Pour l’instant, il n’en est pas question. Ce métier va certes être modifié à certains niveaux, mais il est loin de disparaître. Les journalistes seront délestés d’un contenu éditorial qui nécessite peu de réflexion, tout en participant à la formation des robots destinés à faire ce travail, en le nourrissant d’articles types qui vont leur servir à en écrire de nouveaux. Comme précisé plus haut, ils n’ont pas la capacité d’analyse de l’humain sur une situation, et encore moins celle d’émettre un point de vue. Amis journalistes, n’ayez crainte, et pour les moins réfractaires vous pouvez même vous réjouir. Avec l’avènement de ces assistants numériques, vous pourrez vous concentrer sur de la création de contenu plus élaborée et à valeur ajoutée.

Quand l’IAuteur prend la place de l’écrivain

Au-delà des articles et de l’aspect pratique de ces IA, certains ingénieurs ont décidé d’aller plus loin. Et l’étape suivante, ce sont les livres. Laissez-moi vous présenter Maria Hoshi Shinichi. Cette Japonaise a créé en l’honneur de son père – Nikkei, écrivain japonais célèbre pour ces nombreuses histoires courtes de science-fiction – le prix Hoshi Shinichi en 2013. Ce prix littéraire est unique en son genre dans le sens où il encourage les « non-humains » à participer. Ce qui à notre époque sous-entend bien évidemment les Intelligences Artificielles (aucune candidature Alien n’a été enregistrée, ni animale d’ailleurs). Ces dernières années, plusieurs IA ont donc concouru pour ce prix, dont une qui a été développée par une équipe de chercheurs japonais en 2016. Nos scientifiques littéraires ont donc établi les bases du roman, à savoir l’intrigue et le genre des personnages, le tout dans un « roman type ». Puis, ils ont fourni une grande quantité de phrases à l’IA qui s’en est servie pour écrire l’œuvre « Le jour où un ordinateur écrira un roman ». Alors bien sûr nous sommes loin d’une Intelligence Artificielle complètement autonome puisqu’aux vues de ce qui lui a été fourni pour réaliser l’ouvrage, les équipes créditent la participation de l’IA à environ 20 %. Il faut tout de même souligner que sur les 11 participants robots, ce roman est le seul à avoir interpellé le jury, qui le qualifie de cohérent, mais manquant de description concernant les personnages. Cet ouvrage soulève plusieurs questions. Les IA seront-elles un jour capables de se constituer une conscience artistique indépendante ? Peuvent-elles aller encore plus loin ?

Lire aussi : Le cercle des poètes instagrammés

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Liberté

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !