Cette chronique est issue du magazine Chut! n°7 – Lost in election, paru en septembre 2021.

Des hashtags qui sonnent comme des slogans. Les « mots clés », cette fonctionnalité imaginée pour stimuler la visibilité et la viralité des contenus postés sur les réseaux sociaux, sont devenus un outil de lutte. #MeToo, #BlackLivesMatter ou encore #climatechangeisreal : pour les militant·es féministes, antiracistes, écologistes, comme pour tou·te·s les engagé·es dans d’autres causes, la mobilisation passe par les plateformes numériques.

« Le premier pouvoir d’Internet, c’est de pouvoir agréger des paroles qui resteraient sinon déconnectées. Le hashtag est un outil d’agrégation. En l’affichant, on permet d’additionner des messages ou des ressentis extrêmement divers, mais qui s’emparent du même concept pour décrire leur expérience », décrypte Baptiste Kotras, sociologue du numérique et enseignant à l’Université Gustave-Eiffel. Résultat : « Un effet de masse qui rend un sujet visible, poursuit le chercheur, comme des corps en mouvement dans une rue. »

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 1 numéro par trimestre
    • Résiliable à tout moment
    • L'accès à la version en ligne
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !