La reconnaissance faciale, ça match ou pas ?

Parler d’une reconnaissance faciale serait éluder l’étendue que proposent les différentes technologies rendues possibles par ce nouveau procédé. Même si elles semblent en apparence voisines, toutes ces technologies ne soulèvent pas les mêmes questionnements en matière de protection et de liberté des données publiques.

Le premier usage permet la vérification de l’identité en comparant l’image d’un individu avec celle stockée dans un document comme le passeport biométrique ou la carte d’identité. Dans ce cas, rassure la CNIL, il n’est pas obligatoire de détenir une base de données, l’image peut donc être détenue exclusivement par son utilisateur, c’est le cas lorsque vous déverrouillez votre téléphone.

Oups ! La suite de cet article est réservé aux abonné·es

Abonnez-vous pour nous découvrir, nous lire, nous soutenir !

  • Illimité

    14 
    Par trimestre
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • 1 an

    48 
    Par an
    • 48€ au lieu de 56€
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
  • Le Club

    150 
    Par an
    En savoir plus
    • 4 numéros par an
    • L'accès à la version en ligne
    • Une affiche offerte avec le 1er numéro en cours
    • Une participation à 4 conférences de rédaction par an
    • La cocréation de 4 tribunes du Club publiées dans le magazine

    Comment ça marche ? Par ici les infos !

J’ai déjà un abo

Je me connecte

Abonnement collectivité, contactez-nous !