Vous organisez l’événement « La tech pour toutes », c’est une première ? Pourquoi cet événement ?

Effectivement, c’est une première et nous sommes ravis que ce projet conjoint avec Digital Ladies & Allies, avec le soutien d’Engie, voit le jour. Si nous voulons changer la donne et construire un écosystème mixte et inclusif qui nous permette de faire face aux défis de demain, il est essentiel d’acculturer les femmes au numérique et leur montrer que le monde de la tech est aussi le leur.

Il n’y a que 17 % de femmes dans les métiers du numérique contre 30 % il y a 30 ans. Se priver des femmes, c’est se priver de 50 % de talents potentiels et d’un moteur de croissance crucial alors que la tech européenne manque de 700 000 profils. Au-delà de l’arithmétique, sur le fond, le numérique refaçonne l’économie et l’ensemble de la société, les femmes doivent être, au même titre que les hommes, parties prenantes dans l’élaboration des nouveaux usages, biens et services qui définiront le monde de demain. Nous refusons d’envisager une société où elles seraient de simples spectatrices. Il est par exemple impensable que les programmes d’intelligence artificielle ou algorithmiques soient uniquement pensés par des hommes : biaisés, ils ne seraient pas représentatifs de l’ensemble de la population.

Il est essentiel de rappeler qu’il ne s’agit pas que d’une problématique qui ne regarderait et ne concernerait que les femmes : c’est l’affaire de tous. La tech, et au-delà la société dans son ensemble, a tout à gagner à une plus grande diversité. Nous avons la conviction que l’action et les solutions doivent être portées par tous. C’est d’ailleurs aussi pour cette raison que nous avons voulu que La tech pour toutes soit un événement gratuit, ouvert à tous, sans distinction de genre ou d’âge !

Sophie Comte
Sophie Comte
Conteuse numérique
Je suis convaincue que le numérique s'adresse à tous, et je vous le raconte ici. Egalement cofondatrice et rédactrice en chef de Chut.