A l'écoute

La crise sanitaire a touché le secteur de la restauration collective. Comment avez-vous surmonté cette période ?

La crise sanitaire n’a fait que révéler des changements de société qui avaient déjà été initiés et dont nous avions perçu les signes avant-coureurs. Avec tout d’abord des populations plus jeunes en recherche de modes de restauration alternatifs, puis de nouveaux concepts de restauration commerciale en plein essor et, enfin, une routine de télétravail qui avait commencé
à se structurer dans les entreprises. Ces tendances se sont clairement accélérées depuis la crise sanitaire. Alors, à la façon d’une start-up, nous avons imaginé et testé plusieurs concepts et avons pérennisé ceux qui fonctionnaient le mieux, comme le click and collect, qu’on a rendu disponible dans tous les restaurants qui le souhaitaient grâce à l’application Time Chef, ou encore le frigo connecté.

La crise a-t-elle transformé nos habitudes alimentaires en entreprise ?

Nous observons clairement un éclatement des jours et des moments de consommation, les horaires de repas sont moins figés et les collaborateurs souhaitent manger ailleurs qu’à la cantine. C’est en cela qu’une solution comme le frigo connecté est adaptée à ces nouveaux usages, puisqu’elle permet d’avoir accès à une offre de restauration variée et de qualité à  n’importe quel moment de la journée, de la semaine, voire le soir pour le lendemain lorsque vous anticipez une journée de télétravail.

Le télétravail s’est désormais imposé. Comment gérer la baisse d’effectif en entreprise ?

Cela se traduit avant tout par une meilleure appréhension des nouveaux standards de fréquentation sur nos sites, en discussion avec nos clients, afin de pouvoir adapter nos commandes de matières premières et la taille de nos équipes en conséquence. À ce titre, nous observons désormais que le vendredi est un jour creux pour la plupart de nos restaurants d’entreprise.

En parallèle, nous avons imaginé de nouvelles offres pour les entreprises pour lesquelles la fréquentation induite par le télétravail questionne le maintien d’un modèle de préparation des repas sur place, mais aussi pour les petites et moyennes entreprises qui n’ont pas d’équipement de restauration sur place.

Nous avons ainsi créé des offres reposant sur une préparation centralisée des repas – que ce soit sur un site client de taille importante ou bien dans un atelier de production – puis une livraison directement sur les sites de nos client·es, où des équipes dédiées sont en charge de présenter et distribuer l’offre aux collaborateur·rices via des petits corner de restauration. Nos deux offres iconiques sont « Chaud Bouillant » et « Nestor », la start-up de livraison de repas qu’Elior a rachetée en février 2021, permettant toutes deux de déguster un repas chaud de qualité tous les midis.

Mettez-vous en place des pratiques éthiques avec le déploiement de services de livraison comme Nestor ?

Avant toute chose, Elior ne s’est pas lancé dans la livraison individuelle : nous ne livrons uniquement des repas qu’aux salariés en entreprise, afin de mutualiser les livraisons, ce qui est pour nous le seul modèle économique viable.

Sur la livraison en tant que telle, notre approche est tout à fait éthique puisque nous ne passons que par nos propres collaborateurs ou bien des sociétés externes qui salarient les coursiers et livreurs. De plus, en termes d’hygiène et de sécurité, nous appliquons les mêmes standards de qualité qui font le succès de la société Elior. Enfin, en termes d’approvisionnement, nous étoffons nos gammes de produits en respectant le local, le bio, et la provenance de produits français.

La pause déjeuner se digitalise : comment conserver le lien social nécessaire au travail ?

Oui, la restauration se digitalise principalement sur les modes de commande, mais les repas restent la plupart du temps partagés. Le confinement a eu cela de positif qu’il a révélé l’importance de ces moments de convivialité dont font indéniablement partie les repas. Ainsi, Elior est un créateur de lien social : nous devons redonner envie aux collaborateurs et collaboratrices de revenir au bureau, bien sûr en partenariat avec nos client·es. À présent, quand les gens viennent moins au bureau, c’est aussi pour profiter de temps de qualité avec leurs collègues pendant la pause déjeuner au restaurant d’entreprise.

A propos de notre partenaire

Elior Group est un des leaders mondiaux de la restauration collective et des services, et une référence dans le monde de l’entreprise, de l’enseignement, de la santé et des loisirs. Depuis 2004, le groupe est adhérent au Global Compact des Nations unies, dont il a atteint le niveau avancé en 2015.

La rédaction de Chut !
Chut ! est un magazine de société qui prend le temps d’observer l’impact du numérique sur nos vies.