Au fil du temps les facultés physiques et mentales de l’homme régressent et le cerveau est l’un des organes les plus touchés. Certes, l’idée de placer dans mon propre corps un dispositif électronique, aussi petit soit-il, me rebute quelque peu. Pourtant, à choisir entre une maladie dégénérative ou ce petit sacrifice, le choix est simple. À bien y réfléchir, biologie et numérique risquent tôt ou tard d’unir leur force pour notre bien-être. En 2015 déjà, deux singes avaient réussi à contrôler leurs membres inférieurs paralysés grâce à des implants neuronaux créés par l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Les possibilités en la matière semblent infinies et nombre d’objectifs éthiquement louables remplissent les calendriers avant de viser les supercapacités si chères aux films de science-fiction.

Thomas Bossy
Thomas Bossy
Scribe numérique
Voilà un mot bien inusité pour se retrouver devant notre digital, qui lui bien connu, envahit nos vies modernes d’une multitude de manières. J’aime jouer sur les contrastes, fouiller, chiner et comprendre ce qui fait les particularités d’un sujet pour le mettre en avant. Je suis un scribe derrière son écran.