Sororistas, c’est qui, c’est quoi ?

Sarah Neumann : Sororistas est d’abord un concours d’écriture en ligne qui donne la parole aux femmes pour imaginer le monde de demain. Cela s’adresse à toutes les femmes majeures. C’est aussi un collectif de femmes, car comme le dit le proverbe « Tout seul on va vite, mais ensemble on va loin ». Le message de Sororistas doit être porté par beaucoup de femmes pour être entendues. C’est pour cela que nous voulons embarquer tant de femmes engagées. Dans les Sororistas, il y a donc les fondatrices, les ambassadrices, les membres du jury, tout comme les autrices du concours. Ce sont toutes les femmes qui se rassemblent autour de ce concours pour imaginer le monde de demain.

Emmanuelle Durand-Rodriguez : Nous lançons un appel à la fois à l’analyse et à l’imaginaire des femmes. En ces temps incertains où collectivement nous avons besoin d’inspirations et de nouvelles idées, nous avons voulu proposer aux femmes de tous les univers et de toutes les générations de se projeter mentalement dans 10 ans. Ensemble, nous avons la conviction que les femmes ont plus que jamais un rôle à jouer dans la construction d’un monde plus juste et d’une société ouverte, égalitaire, créative et inventive. Les appels à « changer le monde » ont été nombreux depuis le confinement et il nous semble impératif que ce monde d’après soit écrit avec et pour les femmes.

Comment vous est venue cette idée ?

Sarah Neumann : Au début du confinement, je suis passée par tous les états, des inquiétudes, de l’euphorie, de la confusion et j’ai lu un article d’un chercheur allemand, un futurologue du nom de Matthias Horx qui parlait de la « regnose » et de la « prognose ». Quand on fait une « prognose », on regarde ce qu’il va se passer dans le futur, en restant déconnecté de ce futur. Avec une « regnose », on se projette dans ce futur soi-même et on regarde en arrière le chemin à parcourir et cela permet de se lier à ce futur. Et cela nous permet d’imaginer un futur désirable. Le déclencheur a été la dernière phrase de cet article où l’auteur invite tout le monde à faire l’exercice, et j’ai commencé à m’imaginer moi, et je me suis dit que cela m’intéressait de connaître le monde des autres, et celles des femmes surtout. Et c’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il fallait que l’on fasse quelque chose, qu’il y avait un vrai besoin d’agir et je me suis rapprochée d’Emmanuelle Durand-Rodriguez, de Sophie Garcia et Julie Landès, et ensemble nous avons créé ce concours.

Emmanuelle Durand-Rodriguez, Sophie Garcia, Julie Landès et Sarah Neumann

Photo : Emmanuelle Durand-Rodriguez, Sophie Garcia, Julie Landès et Sarah Neumann.

Quelles sont vos autres actions pour plus d’égalité femme-homme dans la société ?

Emmanuelle Durand-Rodriguez : Le confinement a montré que malgré les actions volontaristes de plusieurs médias, les femmes sont toujours sous-représentées à la Une des journaux. La crise a même aggravé la situation révélant l’absence des femmes sur les plateaux de télévision et dans la presse. Notre initiative se situe clairement dans l’objectif de donner plus de visibilité à la parole des femmes. C’est un travail que je mène tout au long de l’année avec le groupe de bénévoles « Femmes et médias » du Club de la presse Occitanie. Sororistas est d’ailleurs une action soutenue par deux associations : le Club de la presse Occitanie et Nénettes & Co présidé par Julie Landès.

Julie Landès : Depuis 2018, j’ai lancé le réseau Nénettes & Co avec Sophie Garcia et Agathe Latreille, qui a vocation à accompagner les femmes dans leur projet professionnel. Nous proposons d’accompagner les femmes sur les différents sujets, que cela soit sur le salariat ou l’entrepreneuriat. Face à la demande importante, nous avons eu la nécessité de faire des passerelles avec les autres réseaux de la région. C’est ce qui nous a amenées en janvier 2020 à créer la Fédération française pour le développement professionnel des femmes qui regroupe pour l’instant plus d’une vingtaine de réseaux nationaux engagés pour la mixité et l’égalité, notamment dans la Tech.

Sarah Neumann : De mon côté, depuis 4 ans, je fais partie de l’association Women in Aerospace Europe, c’est une association mondiale qui regroupe les femmes de l’aéronautique. Il y a une antenne européenne qui s’est créée il y a plus de 10 ans et à Toulouse depuis 6 ans. En plus des ateliers, conférences et réunions plus informelles pour échanger et se connaître que nous organisons, nous proposons aussi des expertes pour des conférences et des interviews. Nous sommes aussi connectées à d’autres réseaux, de femmes ingénieures dans divers secteurs par exemple.

Dans votre imaginaire, en 2030, où en est-on de l’égalité homme-femme ?

Sarah Neumann : Je crois que les femmes dès maintenant, on un grand rôle à jouer dans la transformation de la société et dans 10 ans, on sera beaucoup plus avancé dans la matière. Elles vont porter avec fierté ce rôle qu’elles ont au même titre que les hommes. On arrivera à un monde beaucoup plus égalitaire et les femmes expertes seront autant sollicitées que les experts, y compris dans les domaines de la Tech et de l’innovation. D’ailleurs, si le concours s’adresse aux femmes uniquement, l’idée n’est pas de renverser le pouvoir. L’objectif est d’aboutir à la mixité, c’est-à-dire qu’il y ait une égalité des chances. L’idée, c’est de mieux vivre ensemble et pour cela, il faut que les femmes osent plus, qu’elles y aillent, et qu’on les entende.

Julie Landès : J’espère que ce confinement a été criard sur les inégalités. Avec le concours, on a la possibilité de montrer une vision optimiste et pessimiste. Maintenant que nous avons identifié le problème, il est temps de chercher des solutions. Et c’est pour cela que je vois un monde où les femmes se sont mobilisées pour leur juste place dans la société, où l’on a trouvé un équilibre entre les hommes et les femmes. Nous sommes aussi engagées sur les minorités de genre (les femmes cisgenres, transgenres, queers et non binaires), l’objectif étant aussi d’avoir un monde où tout le monde puisse s’exprimer et où tout le monde soit entendu.

Pour participer au concours : https://www.sororistas.fr/

Aurore BISICCHIA
Aurore BISICCHIA
Conteuse numérique
Cofondatrice du média Chut !, je suis une mordue de l'organisation, une adepte de la communication et un jukebox à mes heures perdues. Amoureuse des arts visuels, je demeure à tout instant passionnée des petits mots comme des grands.