A l'écoute

A Tréguennec, dans le Finistère (29), les habitant·es marchent au-dessus d’une réserve de lithium. Et le gouvernement sur des œufs. En 2018, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) a établi que ce site abriterait, à 130 mètres de profondeur, 66 000 tonnes « d’or blanc ». Soit le deuxième gisement de lithium de France, situé dans une zone classée Natura 2000.

Le coup de grisou survient en février 2022, lorsque Barbara Pompili, alors ministre de la Transition écologique, déclare que « la France doit extraire du lithium sur son territoire ». Face à l’inquiétude et à la mobilisation préventive des élu·es et des habitant·es du pays bigouden, le ministère se veut rassurant : « Les enjeux environnementaux auront toute leur place dans l’instruction d’une hypothétique demande (aujourd’hui inexistante) d’autorisation d’exploitation. » Si l’avenir du gisement de Tréguennec est encore flou, il n’est pas le seul à attirer les convoitises. Selon le BRGM, les sites du Massif central et d’Alsace suffiraient à rendre la France autonome en lithium, à condition de mettre au point des procédés « plus vertueux et durables » de traitement des minerais. Une manne géologique qui tombe à point nommé : l’Agence internationale de l’énergie anticipe que la demande mondiale de lithium sera multipliée par 40 d’ici à 2040.

Lec'hvien Julien
Lec'hvien Julien
Journaliste