Benoît Galaup entend bien miser sur la jeunesse et l’innovation pour trouver les solutions de demain. Il est responsable et animateur de la commission numérique et environnement d’Entreprises pour l’Environnement (EpE), une association qui regroupe une soixantaine d’entreprises françaises et internationales. Dans cette optique, cette année, le thème du prix annuel « Jeunes pour l’environnement » de l ‘EpE est fort à propos : « Du low-tech au high-tech : quelles technologies pour réussir la transition écologique ? » L’association a reçu des dizaines de dossiers, principalement de groupes d’étudiant·es. Parfois présentée comme la solution miracle, la technologie peut-elle vraiment nous aider à enrayer le changement climatique ? Dans le monde de la greentech, il est souvent compliqué de faire le tri entre les vraies pportunités pour l’écologie et les inventions gadgets. Pour Benoît Galaup, c’est sûr : « L’innovation peut, dans certaines conditions, accélérer et accompagner la transition écologique. » Quelles sont ces conditions ? « Tout d’abord, s’assurer qu’il y a une priorisation, qu’il n’existe pas déjà une solution avant d’avoir recours à des innovations technologiques. »

Amelia Morghadi
Amelia Morghadi
Journaliste