Quel constat faites-vous sur l’état actuel du cloud souverain ?

QUENTIN ADAM. Faire advenir un cloud souverain européen est très important. Cela cautionne la capacité de l’Europe à continuer d’exister comme puissance mondiale. Rien de moins ! D’aucuns veulent nous faire croire que l’Europe est en retard, mais cela est faux. La bataille du cloud n’est pas perdue, mais elle le sera à coup sûr si elle n’est pas menée ! Aujourd’hui, les forces de lobbying sont à l’œuvre, et notamment celles de nos amis américains : Microsoft, Google, Amazon. Notre écosystème numérique est régi et créé par des gens dont la culture anglo-saxonne est très différente de la nôtre. Leurs outils, de discussion notamment — Facebook, Twitter, etc. — sont adaptés à leur culture, à leur vision de l’opinion publique. La transposer à notre culture revient à enfoncer un marteau avec un tournevis. Cela ne fonctionne pas. C’est une erreur qu’il ne faut pas reproduire avec le cloud.

Nolwenn Mauguen
Nolwenn Mauguen
De la littérature aux langages informatiques, je m'intéresse à toutes les façons d'écrire le monde.