La version sonore de l'article

La nébuleuse transhumaniste

Alors que Neuralink, la start-up d’Elon Musk vient de lever 205 millions de dollars pour financer ses recherches sur les implants neuronaux, l’entreprise américaine Synchron a récemment reçu le feu vert pour tester sa neuroprothèse sur les êtres humains. Si cette démarche penche du côté de la médecine — Synchron développe une technologie destinée à soulager les patients atteints de paralysie sévère —, le CEO de Tesla, lui, affiche clairement sa volonté d’aller plus loin en promettant d’augmenter les capacités du cerveau humain.

Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer la condition humaine. Une amélioration qui passe notamment par l’augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains. Ce mouvement n’en reste pas moins disparate. Malgré des ambitions et finalités parfois très diverses, le point commun de ces projets est sans doute une technophilie assumée et une confiance inébranlable dans les promesses scientifiques générées par la société contemporaine. Autrement dit, une certaine idée du progrès telle que décrite par le philosophe Jean-Michel Besnier « » Les humains ont toujours voulu se dépasser, grandir… Nous sommes foncièrement prométhéens : nous voulons toujours aller contre le destin et s’arracher au déterminisme. »

Quant au public, le sujet divise. Alors que l’usage d’une prothèse destinée à réparer les humains est une initiative saluée lorsqu’il s’agit de soigner une blessure ou d’atténuer les effets du temps, elle est controversée quand elle vise à augmenter des performances à destination des sportifs et des militaires. Un cran au-dessus et l’on imagine déjà des humanoïdes, carcasses robotiques investies de « données humaines ». Si ce projet n’est pour l’instant qu’à l’état embryonnaire, on peut déjà pressentir que sa réalisation aura des effets irréversibles sur l’humanité.

« La mort de la mort », fantasme ou chimère ?

La question transhumaniste est résolument philosophique. S’entrecroisent pêle-mêle des problématiques modernes qui nous interrogent sur la nature de l’être humain, sur sa place au sein du Vivant ainsi que sur notre rapport au progrès et à la technologie. Faire le deuil de sa propre mortalité, supprimer la mort de l’équation de la Vie, est-ce demeurer un être humain ? Tout le paradoxe du transhumanisme réside dans cette question : l’humain peut-il vivre s’il ne meurt jamais ?

Dans un contexte qui sonne parfois eschatologique et sans issue : déclin de la biodiversité, dégradation de l’environnement, menace sérieuse d’extinction de l’espèce, la technologie et notamment les NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, technologie de l’Information, sciences Cognitives) peuvent apparaître comme une opportunité pour l’espèce humaine de s’en tirer par le haut.

Mais la convergence de ces technologies est-elle vraiment la solution providentielle ? Le courant transhumaniste s’appuie sur la propension de l’être humain à nourrir et développer son imaginaire, à esquisser un futur désirable, à faire advenir son désir. Et il le fait parfois avec une naïveté déconcertante.

Le transhumanisme, un business comme les autres ?

L’association transhumaniste française, défend l’idée d’un progrès partagé et accessible en précisant sur son site qu’elle considère « par exemple que la lutte contre le vieillissement […] ne devrait pas être l’apanage de laboratoires privés, mais également un enjeu de recherche et de santé publique ».

 

Il est vrai que les recherches transhumanistes attirent d’importants investissements financiers, qu’ils soient de source publique ou privée. Certains courants transhumanistes revendiquent l’accès à l’hypertechnologie pour tous. Et si cette vision peut sembler irréaliste, on comprend vite que l’augmentation des capacités humaines peut se révéler être un marché lucratif. Ainsi, de nombreux acteurs économiques, start up et grands groupes tentent dès à présent d’en retirer les bénéfices et cherchant ainsi à asseoir leur pouvoir dans le secteur.

Au sein du mouvement, le courant transhumaniste français apparaît comme un lanceur d’alerte et… Se trouve bien solitaire. Parmi les plus virulents défenseurs du transhumanisme, on compte notamment des entrepreneurs ambitieux, parfois sans scrupules, qui semblent prêts à profiter des promesses de l’Humain réparé, augmenté ou immortel pour développer un business

potentiellement très juteux. Ceux qui financent la recherche et les technoprogressistes modérés qui défendent des avancées sociales sont-ils aveuglés et manipulés par des individus se prétendant au service de tous, mais en réalité soumis à la pression du marché ?

Pour Sarah Dubernet, membre de l’association AVICENN (l’Association de veille et d’informations civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies), la chose est plutôt claire. « Qu’elles en aient conscience ou non, les associations de transhumanistes sont le pur produit d’une société que les banques, les assurances, les multinationales industrielles et les politiques entretiennent. (…) Le transhumanisme, comme produit de la rationalité économique, est l’autre nom de la croissance — du capitalisme, si l’on préfère − а son stade actuel. » (Sarah Dubernet, Arnaque transhumaniste, arnaque productiviste, 29 octobre 2016)

Passer du rêve à l’anticipation

Il semble désormais temps de laisser au placard les fantasmes de science-fiction pour s’attacher à comprendre et anticiper les prochains développements transhumanistes. L’enjeu est fort, et mondialisation oblige, les risques — comme les opportunités — se généralisent. On peut regretter l’absence de débat public sur le sujet. La mise en œuvre d’un comité citoyen, scientifique et interdisciplinaire qui réfléchirait, à moyen et à long terme, sur les impacts potentiels du transhumanisme est à penser dès aujourd’hui.

Une frilosité sur le sujet est-elle pourtant souhaitable ? Une limitation volontaire des recherches européennes en la matière risquerait de faire prendre à l’Europe un retard dommageable dans le domaine des NBIC. Le rôle de l’Europe et de la France réside peut-être justement dans l’invention d’un nouveau modèle, pro-humaniste, qui prendrait en compte les défis posés par les transitions à venir et qui questionnerait l’approche transhumante individualiste et mercantile.

Il reste que les transhumanistes nous obligent à une introspection sur la nature de notre condition qui pourrait s’avérer salutaire. Alors que nous n’en sommes qu’aux frémissements, la question transhumaniste éclaire la nécessité d’un débat public avec comme horizon : dépasser les fantasmes de toute-puissance pour cultiver une intelligence collective interculturelle.

 

Article réalisé avec l’appui du rapport « Le transhumanisme : désir d’immortalité, idéologie et optimisme technologique » de la promotion Michel Serres — cycle national de formation 2020-2021 de l’IHEST (L’Institut des Hautes Études pour la Science et la Technologie).

L’Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie (IHEST)
L’IHEST forme les cadres dirigeants et les influenceurs à l’utilisation des connaissances et de la démarche scientifiques dans la prise de décision. Pendant leur parcours de formation, ils explorent les sujets économiques et sociétaux contemporains, et des questions centrales pour penser l’avenir de leurs organisations : transition numérique, développement durable, gouvernance…